Auguste LEROUX

Auguste LEROUX (1871-1954)

 

Auguste Leroux, né Jules Marie Auguste Leroux le  à Paris où il est mort le , est un peintre et illustrateur français.

Son frère cadet est le peintre Georges Paul Leroux (1877-1957), prix de Rome de peinture en 1906 et membre de l’Institut de France.

Auguste Leroux mène ses études de dessin à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris où il fait du dessin de mode et des illustrations enfantines, puis il est admis en 1892 à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Léon Bonnat (1833-1922). Il y obtient une 3e médaille de dessin en janvier 1892, une 2e médaille en juillet et une 2e médaille en novembre de la même année. Il effectue son service militaire au 46erégiment d’infanterie à Fontainebleau. De retour à Paris en septembre 1893, il remporte le prix de figure en novembre et, en mars 1894, le prix de torse. Il concourt pour le prix de Rome en 1894 et remporte le premier grand prix avec Judith présentant la tête d’Holopherne aux habitants de Béthulie (conservé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris).

Il part alors pour la villa Médicis à Rome pour trois années d’études de 1895 à 1898, en compagnie du peintre Adolphe Déchenaud et du musicien Henri Rabaud. À la villa, il rencontre le musicien Henri Busser avec lequel il se lie d’amitié et dont il fera le portrait. Il expose au Salon des artistes français dès le début de l’année 1898. Il obtient une médaille de bronze à l’Exposition universelle de 1900.

Auguste Leroux participe à la décoration de plusieurs bâtiments publics ainsi qu’à quelques-unes des mosaïques de la basilique du Sacré-Cœur à Paris avec les quatre figures de Saint Dominique de GuzmánSaint Bernard de ClairvauxJean Eudes et Louis-Marie Grignion de Montfort pour la chapelle de la Vierge.

Auguste Leroux épouse Clotilde Morel en 1906.

Façade de la maison du 11, villa d’Alésia à Paris.

En 1908, il emménage avec son épouse dans un hôtel particulier du quartier du Petit-Montrouge, dans le 14e arrondissement de Paris, au 11, villa d’Alésia, quartier alors habité par de nombreux artistes. Le dernier étage de la maison, recouvert d’une importante verrière, devient son atelier. Il y vivra jusqu’à la fin de sa vie entouré de son épouse et de ses trois enfants.

Professeur à l’École des beaux-arts de Paris pendant 30 ans, membre du jury et du comité de la Société des artistes français dès 1904, professeur de dessin à l’Académie de la Grande Chaumière, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Il expose dans plusieurs galeries parisiennes parmi lesquelles la galerie Allard, la galerie Georges Petit, la galerie Charpentier et la galerie Mona Lisa.

Il meurt à Paris le . Le sculpteur Claude Grange, président de l’Institut de France, prononce son éloge funèbre le . Une plaque ornée de son portrait en médaillon par le sculpteur espagnol Enrique Pérez Comendador (es) est apposée sur sa maison au 11 villa d’Alésia.

Auguste Leroux eut un grand succès en tant qu’illustrateur des ouvrages de Giacomo Casanova, Joris-Karl Huysmans, Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Stendhal, Anatole France, Jean Lombard… Lithographe, il travaille avec les plus grands graveurs de son époque comme Pierre Gusman, Eugène Decisy, Raoul Serres, Florian, Perrichon… Ses premiers travaux sont empreints de symbolisme et d’Art nouveaumêlés à de nombreuses références mythologiques et à des sujets allégoriques. Ses œuvres plus tardives montrent plus de rigueur classique et une attention pour l’anatomie féminine.

Auguste Leroux eut trois enfants. Il leur prodigua à tous les trois une formation artistique complète :

  • Magdalena Leroux De Pérez Comendador, née Madeleine Leroux (Paris, 1902-Hervás, 1984)9, élève de son père et de Ferdinand Humbert (1842-1936) à l’École des beaux-arts de Paris, elle expose au Salon des artistes français de 1923 (Soir d’été au Carrousel10). Médaille d’or au Salon des artistes français de 1926, elle obtient le 2e second grand prix de Rome en 1927 pour son Stylite. Elle poursuit sa formation à la Casa de Velázquez à Madrid et épouse en 1931 à Paris, le sculpteur espagnol Enrique Pérez Comendador (es) (1900-1981). Elle poursuit alors une carrière avec son époux en Espagne (expositions à Madrid, Barcelone, Paris, Le Caire…). Un musée privé leur est consacré à Hervás (province de Cáceres).
  • Lucienne Leroux (1903-1981), élève de son père et de Ferdinand Humbert (1842-1936) à l’École des beaux-arts de Paris, concourt au prix de Rome de 1926 où elle obtient une mention pour sa Nymphe endormie. Elle obtient une médaille d’argent au Salon des artistes français de 1924 et une médaille d’argent à l’Exposition internationale de Paris en 1937. Elle est pensionnaire de la Casa de Velázquez à Madrid en 1935. Peintre de composition, d’influence classique (Vénus chez Vulcain), sa touche se fait parfois plus néoimpressionniste (Sur la rivière, 1920). L’Espagne reste pour elle une grande source d’inspiration (Vue de Tolède). Elle se consacre à l’enseignement, à Dijon, puis en région parisienne.
  • André Leroux (Paris 1911-Nogent sur Marne 1997).

Source : Wikipédia

Les oeuvres